3 choses que vous ne savez peut-être pas sur les MOOC

 

Malgré le fait qu’ils ressemblent à un personnage du Dr Seuss, les MOOC sont en fait des technologies d’apprentissage sérieuses. MOOC est l’abréviation de Massive Open Online Course (cours en ligne ouvert et massif) et est généralement proposé comme un cours d’introduction « taster » par les grandes universités via des plateformes en ligne. L’idée est de donner un large aperçu du sujet et de présenter les universitaires de l’université, dans l’espoir d’inciter certains apprenants à poursuivre leurs études et à s’inscrire à un véritable cours crédité. Dans le processus, l’Internet est maintenant rempli de possibilités d’apprentissage sérieusement époustouflantes, dont beaucoup sont gratuites.

En creusant davantage, j’ai appris que la réflexion pédagogique derrière les MOOC est substantielle et pourquoi ne le serait-elle pas ? Étant donné que de nombreux MOOC sont conçus par des universitaires spécialisés, les cMOOC (je suppose que le C signifie constructif) sont considérés par certains comme une forme plus avancée de plateforme d’apprentissage et permettent un contenu agrégé qui évolue au fil du cours, plutôt que d’être présélectionné. Les cMOOC encouragent également les étudiants à se connecter les uns aux autres pour découvrir et construire ensemble des réponses et des solutions. Les cMOOC utilisent généralement des forums, des médias sociaux, Second Life, Skype et d’autres plateformes collaboratives pour créer des communautés d’apprentissage autour des objectifs et du contenu du cours.

OK, voyons maintenant quelques anecdotes intéressantes en profondeur, dont certaines, je l’espère, pourront éclairer et surprendre même les experts en MOOC parmi nous :

 

Coursera 

Il est le plus grand fournisseur de cours au monde et associe sa plateforme au contenu de plus de 161 universités dans le monde. En février 2017, il comptait 28 millions d’utilisateurs. 

 IELTS 

Techniques for English Language Tests de Future Learn, où en 2015 un cours de préparation à l’examen offert en collaboration avec le British Council, a enregistré un nombre rapporté de 440 000 étudiants. L’année 2012 a été désignée par le New York Times comme « l’année du MOOC », car elle a vu l’émergence d’edX, Coursera et Udacity. En 2013, l’université de Tasmanie a conçu l’un des rares cours à être reconnu par Nature, la revue scientifique prééminente. 

 Dementia 

Il a enregistré un taux d’achèvement exceptionnellement élevé de 39 %. Après l’engouement massif de 2012, les MOOC ont été légèrement ternis par le fait qu’en moyenne, seuls 10 % des étudiants finissent par terminer un MOOC. L’auteur soutient que l’achèvement est moins important que l’apprentissage autodirigé en petits morceaux que le contenu des MOOC offre aux personnes qui cherchent à améliorer ou à spécialiser des compétences spécifiques (plutôt que d’obtenir un diplôme universitaire).

 

Une liste fascinante des meilleurs MOOC de tous les temps révèle que le monde est en effet vaste et intéressant. Évidemment, beaucoup des cours les plus populaires sont dans le domaine de la programmation et de l’informatique, mais il est délicieux de constater que des cours tels que Dino 101 :

  • Dinosaur Paleobiology ;
  • The Moralities of Everyday Life ;
  • Medical Neroscience figurent également dans le Top 50.

Les MOOC sont passés par un cycle de hype énergique, où autrefois les universités se bousculaient pour monter dans le train des MOOC, terrifiées à l’idée que cette nouvelle technologie rendrait leurs campus obsolètes ; les MOOC sont ensuite passés dans une phase de déclin de l’intérêt et de l’investissement où de nombreuses universités ont laissé leurs MOOC dériver, quasiment sans surveillance, sur Internet dans le petit espoir qu’ils attirent un étudiant payant, jusqu’à ce que nous en soyons là aujourd’hui. Les MOOC trouvent un terrain d’entente mature et ont commencé, de manière remarquable, à avoir l’effet le plus significatif dans les cours sur le campus. Certains chercheurs ont découvert, dès 2012, que le mélange de la puissance du contenu en ligne déjà créé pour le MOOC en tant que « devoir » avec le travail soigneusement curé en classe et par projet, a dans certains cas amélioré l’achèvement des cours sur le campus de 91% !

 

Partagez cet article :

Le prochain magazine dont vous avez besoin

Le guide des métiers

Notre page Facebook
Les plus populaires