Métier : Skipper - Course au large

Sportif (ve) de haut niveau. Marin chevronné possédant une grande expérience de la mer, de la voile et de la course. Leader, animateur, organisateur, il pratique ce sport souvent en parallèle à une carrière professionnelle réussie. Son palmarès, progressivement, lui permet de se consacrer à temps plein pour les longues préparations des grandes courses mondiales que nous pouvons suivre à travers les médias– à la télévision en particulier, grâce aux caméras embarquées.
C'est un marin reconnu au niveau national et souvent international.


TELELANGUE
ANGLAIS, ESPAGNOL, ALLEMAND...Faire des progrès rapides avec TELELANGUE, le leader européen de l'enseignement à distance en langues étrangères
http://www.telelangue.com/
Il saura préciser à l’architecte naval en charge de la conception d'un nouveau bateau toute amélioration à apporter au projet pour obtenir de meilleures performances. Il est capable de barrer des monocoques ou multicoques dotés des dernières innovations technologiques pour des courses au large parmi les plus prestigieuses (y compris, pour certaines, en solitaire comme par exemple, le Vendée Globe) Il est expert en météo et décrypte toutes les informations
qu'il capte directement ou qu'on lui transmet. Il est capable, à bord, via Internet, de participer activement à l'établissement d'un diagnostic médical et d'effectuer des soins de première urgence autant pour un membre de l'équipage que pour lui même s'il navigue en solitaire. C’est un leader vis à vis de ses équipiers en même temps qu’un manager capable de négocier avec des sponsors et de communiquer avec les médias pour rassembler des budgets toujours plus conséquents. Plus que tout autre, il est toujours en alerte vis-à-vis
des règles et conditions de sécurité à bord.
Il est possible d’ajouter que les bateaux pour les courses au large sont de véritables «prototypes» (par rapport aux productions en série) Ils sont porteurs de très nombreuses innovations au niveau matériaux, voile, coque, électronique embarqué… Aussi, les skippers qui s'engagent dans des courses au large peuvent-ils être réellement considérés comme de véritables « pilotes d’essai » capables de faire progresser les connaissances et les techniques utiles à l'ensemble des skippers professionnels et plus largement à tous les plaisanciers.
Le pronom "il" employé dans cet article ne doit pas nous faire oublier que de grandes navigatrices sillonnent aussi les océans et que certaines d'entre elles possèdent des palmarès que leurs collègues hommes sont nombreux à leur envier.
A titre d'information, découvrir le site du Pôle France "Finistère course au large" pour mieux comprendre le contexte de cette activité réservée à des profils d'exception.

Photo: Préparateur en pleine activité pour le "0" défaut avant le départ du Vendée Globe 



Telelangue
 
leguidedesmétiers.com